De nos jours, les revirements de situation sont très fréquents dans les organisations. Cela occasionne des changements de priorités qui sont souvent accompagnés de frustration et de résistance tant chez les employés que chez les gestionnaires. Ces derniers doivent susciter l’engagement du personnel malgré l’état de confusion organisationnelle.

L’individu qui résiste au changement fait preuve de fermeture d’esprit, de rigidité, une réaction tout à fait normale lorsqu’une situation ne lui convient pas ou qu’elle l’insécurise. Mais alors, comment composer avec le changement? Comment satisfaire les exigences organisationnelles et contribuer aux efforts collectifs en tant qu’employé, professionnel RH ou gestionnaire?

Pour l’individu qui choisit de relever le défi du changement, il existe des pratiques gagnantes qui l’aideront à vivre le changement aussi sereinement que possible. Ces pratiques gagnantes peuvent être regroupées sous les dimensions de l’acceptation, du soutien et de la collaboration*.

L’acceptationLe soutienLa collaboration
Accepter la situation, accueillir le changement avec résilience, avoir confiance de retirer du positif au bout du compteAller chercher du soutien et de l’aide (ne pas s’isoler)Essayer de collaborer plutôt que de s’opposer ou de résister
Faire preuve d’ouverture d’esprit, ne pas adopter une attitude rigideParler de soi et de ce qu’on éprouve, verbaliserDemander des explications, s’informer, poser des questions pour mieux comprendre
Faire des efforts réels pour s’adapter à la nouvelle situationÊtre indulgent envers soi-même, ne pas se bousculerPlanifier ses prochaines actions, ne pas rester passif

Bien que ces pratiques gagnantes n’aient pas une valeur scientifique, elles mettent tout de même en lumière un élément important que personne n’ignore : la capacité à s’adapter à de nouvelles circonstances dépend largement de l’attitude avec laquelle on aborde le changement. L’état d’esprit joue un rôle déterminant dans la capacité à surmonter des situations exigeantes.

En brisant l’isolement et en acceptant d’aller vers les autres pour demander de l’aide, l’individu est plus apte à retrouver un certain pouvoir sur sa situation et à s’engager avec détermination dans la réussite du changement, sur le plan personnel ou organisationnel.

Mais au-delà de l’individu qui fait des efforts pour atténuer sa résistance et s’adapter au changement, comment les organisations peuvent-elles, de leur côté, soutenir adéquatement ces efforts?

Les chercheurs Collerette, Lauzier et Schneider ont identifié plusieurs pratiques organisationnelles qui facilitent l’intégration d’un changement d’envergure1. Nous en avons retenu quelques-unes en établissant des corrélations avec les dimensions de l’acceptation, du soutien et de la collaboration. Ces pratiques gagnantes sont déployées par les gestionnaires qui ont à cœur l’adhésion et la mobilisation de leurs employés en période de turbulence.

Faciliter l’acceptationFaciliter le soutienFaciliter la collaboration
Adapter le rythme d’implantation aux circonstancesNe pas changer les priorités tant que le changement n’est pas suffisamment intégréDépister les dysfonctionnements et les corriger
Accorder de l’attention aux destinataires et souligner leurs effortsFournir au personnel concerné un accompagnement adéquat pour l’aider à maîtriser rapidement les nouvelles exigencesDiffuser régulièrement des rapports d’étape aux employés, aux clients et aux partenaires
Rappeler continuellement les objectifs du changementRecueillir périodiquement les réactions des employés, des clients et des partenairesAssurer une présence régulière

Les gestionnaires jouent un rôle déterminant dans l’adhésion au changement et leurs actions peuvent contribuer positivement aux efforts de leurs employés pour maintenir une attitude positive et atténuer la résistance au changement.

* Il s’agit des « leçons apprises » mises en commun par 70 étudiants âgés de 19 à 54 ans qui ont participé au cours Gestion du changement à l’Université du Québec en Outaouais.
COLLERETTE, P., LAUZIER, M. et SCHNEIDER, R. Le pilotage du changement, 2e édition, Presses de l’Université du Québec, 2013.

Voir aussi